• ma remise de prix
  • présentation au jury
  • verrines
  • podium
  • kir moléculaire
  • avec des candidats
  • de dos
  • choco chantilly
  • tablier ffca
  • 40 ans
  • noel 2011
  • yvon dans sa cuisine
  • poire belle hélène
  • langoustines navets
  • carpaccio de dorade
  • foie gras masterchef
  • paris brest
  • roulé de sardines
  • foie gras pommes
  • ab crevette

tendances gastro à Paris pour la rentrée 2015

 

Tables ouvertes sotto voce cet été ou encore dans les gravats, voici les restaurants et lieux gourmands dont on va entendre parler. En attendant d’aller juger sur pièce !

1- Bon comme du bon pain

Parce que c’est la première chose que l’on grignote, de plus en plus de restaurants soignent ce qu’ils glissent dans la corbeille. Poujauran souvent, mais aussi Thierry Bretonfournissent nombre de lieux. Pourtant, le fait-resto gagne du terrain, comme chez Ellsworth ou Matière à (15 rue Marie et Louise, 10e). D’où son apparition plus fréquente en tant qu’ingrédient, que ce soit en chapelure grillée, délicieux avec des pâtes, ou en miettes croustillantes façon crumble simplement saupoudrées en bonus de texture.

 

Avec « Dupain » (20 boulevard des Filles du Calvaire 3e),  Julien Fouin et Ludovic Dardenay agrandissent leur terrain de jeu. Associés dans plusieurs affaires, dont Grandcoeur à l’épatant pain d’accueil, ils imaginent une boulangerie lumineuse, qui fournira non seulement leurs restaurants,comme le très bio Jaja,  mais également les heureux riverains. Des farines de blés bio d’Ile-de-France, du beurre de Montaigu (le top du Charentes-Poitou) et un boulanger passionné, Tanguy Lahaye, qui a imaginé une gamme courte de pains et quelques gâteaux « de boulanger » et de saison.
Notons au rayon insolite l'arrivée d'un boulanger en appartement, Thierry Delabre, connu sous le surnom de« Panadero Clandestino », fournit depuis chez lui quelques chanceux dingues de levain et de blés anciens. Il a réussi cet été grâce à un financement participatif à se lancer dans l’aventure de la boulangerie professionnelle. On attend avec impatience sa sortie du maquis !

2- Paris-sur-Mer

Après une certaine ébullition autour des steakhouses et autres adresses viandardes,l’ambiance se fait plus marine autour de la Seine. Lassitude du burger ou envie de manger moins viande ? On a repéré « Juste » (48 rue Laffitte, 9e), qui propose huîtres et fruits de mer en direct d’un producteur de Riec-sur-Belon dans le Finistère, « Marée Jeanne » (3 rue Mandar, 2e) qui en plein Montorgueil retravaille quenelle, bisque et bouillabaisse en style décontracté, et dans le 11e, « Salt »,  où un chef anglais fou de produits de la mer mature les poissons et ose enfin les servir entier.
Pour le poisson cru, on donnera sa chance à Manko (15 avenue Montaigne, 8e, ouverture prévue fin septembre), parce que la carte de ce lieu mi-cabaret mi-restaurant sera signée Gastón Acurio, chef péruvien charismatique ayant œuvré pour la reconnaissance de la cuisine péruvienne. On y trouvera ceviches et tiraditos (cousin du sashimi), auquel il a consacré tout un livre.

3- Sans… mais avec plaisir !

Sans gluten, végétarien ou végétalien, les restaurants « sans » sortent du ghetto ! Ainsi, Dune, un bistro tradi qui s’est transformé tout l’été en restaurant vegan à succès, va prolonger l’expérience à la rentrée le mardi soir. De son côté,Season réunit autour de la même table plats végé, sans gluten et des plats du jour qui ne sont ni l’un ni l’autre, pour contenter tout le monde. Dernier en date, le glacier-snack Las Vegans (30 bd de Bonne Nouvelle, 10e), tenu par Agathe Suarès, ancienne poissonnière candidate de Masterchef, propose plats du jour, sandwiches et glaces maison au lait de soja, le tout 100% végétal. Enfin, sous les ors des palaces, Christophe Moret du Shangri-La propose nombre de plats végétariens et végétaliens à la carte de la Bauhinia, où se tient chaque premier jeudi du mois une soirée au menu végétal (5 plats à 68 € hors boissons). On est loin de Londres, mais ça frémit franchement du poireau !

4-    Etoiles, étoiles...

Jean-François Piège ayant quitté Thoumieux, on attend de pied ferme son « Grand Restaurant » (7 rue d’Aguesseau 8e). attendu mi-septembre. On n’est visiblement pas les seuls, puisque c’est déjà plein pour les premières semaines, talent gastronomique et médiatique du chef oblige. Et c’est Sylvestre Wahid qui lui succède au Thoumieux dès le 7 septembre : formé lui aussi dans la galaxie Ducasse, cet habitué des deux-étoiles, comme le très méditerranéen Oustau de Baumanière, jouera une carte « minérale et végétale », dans un restaurant entièrement redécoré.
Les Cocottes de Christian Constant, traversent enfin la Seine (14 rue Beaujon, 8e). Dans un 8ème arrondissement souvent bling-bling, une adresse à prix sages est tout à fait bienvenue. À quelques rues de là, en haut des Champs-Elysées, le Fouquet’s voit sa carte repensée par…Pierre Gagnaire. Une sacrée surprise à découvrir fin septembre, qui joue la carte (touristique) de la cuisine de brasserie traditionnelle : Merlan Colbert, bœuf flambé au cognac, millefeuille…
Seul chef de l’Ouest s’encanaillant à l’Est : Thibaut Sombardier, étoilé chez Antoine, qui ouvre un autre restaurant plus accessible dans le 19ème, au nom latin appétissant : Mensae (23 rue Mélingue, 19e). Enfin, dans le style ovni de luxe,l’intrigant « Histoires » de Mathieu Pacaud (85 avenue Kléber, 16e) a ouvert cet été. 20 couverts cachés dans un univers onirique entre conte de fées et Alice au pays des merveilles, auquel le chef d’Hexagone - également fils de Bernard Pacaud, triplement étoilé à l’Ambroisie - propose des plats inspirés d’œuvres qui lui sont chères. Matisse ou Dante dans l’assiette pour une expérience fantasmagorique, à tarif de happy few (250 € le menu). Pour viser les étoiles ?

5-    La vie de château en Seine-et-Marne

En Seine-et-Marne enfin, deux adresses à surveiller. À Fontainebleau, au sein d’un hôtel de luxe, Frédéric Vardon, étoilé parisien au 39-V, signera la carte de « La Table du Parc » (36 rue Paul Séramy à Fontainebleau, ouverture fin septembre) à deux pas du château. Plus au Nord, le château de conte de fées de Ferrières-en-Brie (imaginé par Joseph Paxton pour James Rothschild et lieu de tournage prisé) se métamorphose en école dédiée à l’hôtellerie et à la gastronomie. Son restaurant « Le Baron » (Château de Ferrières-en-Brie, ouverture le 29 septembre) permettra de découvrir un lieu mythique, décoré par Pierre-Yves Rochon (à qui l’on doit le George-V et le Shangri-La) tout en goûtant le travail de Patrick Juhel, Meilleur Ouvrier de France, et celui des élèves.

http://www.telerama.fr/sortir/nouvelles-adresses-et-produits-star-les-5-tendances-gastronomie-de-la-rentree-a-paris,130672.php

 

gastro trends in Paris for September 2015

tables open this summer or in the rubble, here are the restaurants and gourmet places which we will hear. Waiting to go judge by!
1- Good as good bread

Because this is the first thing one nibble, more and more restaurants treat what they slip into the trash. Poujauran often, but Thierry Bretonfournissent number of places. Yet the fact resto gaining ground, as in Ellsworth or material to (15 rue Marie et Louise, 10th). Hence its more frequent appearance as an ingredient, whether toasted breadcrumbs, delicious with pasta, or simply crumble crispy crumbs sprinkled texture bonus.

 

GastronomieOù eat the (very) good bread in Paris?
With "Dupain" (20 boulevard des Filles du Calvaire 3rd), Julien and Ludovic Dardenay Fouin expanding their playing field. Associés in several cases, including Grandcoeur to the home bread amazing, they imagine a bright bakery, which will provide not only their restaurants, as very bio Jaja, but also happy residents. Flour wheat bio Ile-de-France, butter Montaigu (the top of the Poitou-Charentes) and a passionate baker, Tanguy Lahaye, who imagined a short range of breads and some cakes "baker" and season.
Note the unusual arrival radius of a baker apartment, Thierry Delabre, known by the nickname "Panadero Clandestino" provides home for a lucky few crazy old leaven and wheat. He managed this summer through a participatory financing to embark on the adventure of professional bakery. We look forward to leaving the maquis!

2 Paris-sur-Mer

After some boiling around steakhouses and other viandardes addresses, the atmosphere is more navy around the Seine. Weariness burger or want to eat less meat? We spotted "Fair" (48 rue Laffitte, 9), which offers live oysters and seafood from a producer of Riec-sur-Belon in Brittany, "Jeanne Tide" (3 Mandar Street, 2nd) that Montorgueil full reworks quenelle, bisque and bouillabaisse in casual style, and in the 11th, "Salt," where a mad English chef of mature fish seafood and finally dares to serve the whole.
For raw fish, give a chance to Manko (15 Avenue Montaigne, 8th, scheduled to open in late September) because the map of this place mid-cabaret mid-restaurant will be signed Gastón Acurio, charismatic Peruvian chef who worked for recognition Peruvian cuisine. We will find ceviches and tiraditos (cousin of sashimi), which he dedicated a whole book.

The call of largeBar oyster and fish restaurants: the best tables in Paris Marine
3- No ... but happy!

Gluten free, vegetarian or vegan, restaurants "without" outside the ghetto! Thus, Dune, a tradi bistro that turned all summer vegan restaurant successful, will extend the experiment in the fall on Tuesday night. For its part, Season gathers around the same table vegan, gluten free, and daily specials that are neither one nor the other, to please everyone. Latest, the glacier-snack Las Vegans (30 Boulevard de Bonne Nouvelle, 10th), held by Agathe Suares, a former fishmonger candidate Masterchef, daily offers, sandwiches and homemade ice cream to soy milk, all 100% vegetable . Finally, under the gold palaces, Christophe Moret Shangri-La offers many vegetarian and vegan at the map of the Bauhinia, which is held every first Thursday evening to the vegetable menu (5 courses € 68 excluding drinks) . We are far from London, but it frankly shuddered leek!

4 Stars, stars ...

Jean-François Piège who left Thoumieux, it expects to firm up its "Grand Restaurant" (7 Aguesseau 8th Street). Expected mid-September. It is obviously not the only ones, since it is already full for the first weeks, gourmet chef and media talent requires. And that's Sylvestre Wahid successor to Thoumieux from September 7: also formed in the galaxy Ducasse, this regular two-stars, like the very Mediterranean Oustau de Baumanière, will play a "mineral and plant 'card, in a restaurant redecorated.
Les Cocottes de Christian Constant, finally crossing the Seine (14 Rue Beaujon 8th). In an often bling 8th arrondissement, an address to reasonable prices is very welcome. A few blocks away, up the Champs-Elysées, the Fouquet's seen his card redesigned by ... Pierre Gagnaire. A big surprise to discover the end of September, playing the card (tourist) of the traditional brasserie cuisine: Merlan Colbert, beef with cognac, yarrow ...
Only head of the West to the East is encanaillant Thibaut SOMBARDIER starred in Anthony, that opens another restaurant more accessible in the 19th, appetizing Latin name: Mensae (23 Mélingue Street, 19th). Finally, in the luxury UFO style, intriguing "Stories" Mathieu Pacaud (85 avenue Kléber, 16th) opened this summer. 20 seats hidden in a dream world between fairy tale and Alice in Wonderland, in which the leader of Hexagon - also son of Bernard Pacaud, three stars at the Ambrosia - offers dishes inspired works that are dear to him. Matisse and Dante on the plate for a spooky experience, tariff happy few (€ 250 menu). To aim for the stars?

5- The castle life in Seine-et-Marne

In Seine-et-Marne finally, two addresses to monitor. At Fontainebleau, in a luxury hotel, Frédéric Vardon, Paris starred 39-V, sign the card "La Table du Parc" (36 rue Paul Séramy in Fontainebleau, opening September) close to the castle. Further north, the fairytale castle of Ferrières-en-Brie (designed by Joseph Paxton for James Rothschild and place of popular shooting) school metamorphosis dedicated to hospitality and gastronomy. Its restaurant "Le Baron" (Castle of Ferrières-en-Brie, opening September 29) will discover a mythical place, decorated by Pierre-Yves Rochon (to whom we owe the George V and the Shangri-La) while enjoying the work of Patrick Juhel, Meilleur Ouvrier de France, and that of the students.

http://www.telerama.fr/sortir/nouvelles-adresses-et-produits-star-les-5-tendances-gastronomie-de-la-rentree-a-paris,130672.php

mercredi 20 septembre 2017

Connexion