• ma remise de prix
  • présentation au jury
  • verrines
  • podium
  • kir moléculaire
  • avec des candidats
  • de dos
  • choco chantilly
  • tablier ffca
  • 40 ans
  • noel 2011
  • yvon dans sa cuisine
  • poire belle hélène
  • langoustines navets
  • carpaccio de dorade
  • foie gras masterchef
  • paris brest
  • roulé de sardines
  • foie gras pommes
  • ab crevette

nouveaux étoiles du michelin 2017

la nouvelle star de l'année est Yannick ALLENO, chef agé de 48 ans et que j'ai personnellement connu la première fois lorsqu'il avait 20 ans. Il venait d'être nommé chef de partie au sofitel Sèvres. J'y ai fait alors un stage d'une semaine en sa compagnie. Je l'ai retrouvé en 2000 au Scribe comme chef. Il déclarait alors à mes fournisseurs lesquels venaient partager un déjeuner avec moi, qu'il avait toutes mes recettes chez lui. vous pouvez imaginer ma fierté ! J'allais régulièrement le voir dans son petit bureau de ce restaurant. Il m'a accordé beaucoup de temps pour répondre mes questions, et me donner quelques recettes pour préparer mes concours d'alors. Parmi celles ci une duxelles de champignons pour un concours que l'ai fait avec le chef très réputé Alain SENDERENS. Celui ci plusieurs années après m'en parlait encore. Yannick est un obsédé de la perfection, je l'ai revu récemment et il m'a dit tout simplement qu'il avait encore tellement de choses à faire pour faire évoluer la grande cuisine française, 

alors il faudra le suivre encore longtemps.

 

The new star of the year is Yannick ALLENO, a 48-year-old chef who I personally met the first time when he was 20 years old. He had just been appointed chief of party at Sofitel Sevres. I then did a one-week internship with him. I found him in 2000 at the Scribe as a chef. He then declared to my suppliers who came to share a lunch with me, that he had all my recipes at his house. You can imagine my pride! I regularly went to see him in his little office of this restaurant. He gave me plenty of time to answer my questions, and give me some recipes to prepare my competitions then. Among these a mushroom duxelles for a contest that did it with the very famous leader Alain SENDERENS. Several years later he spoke to me about it.

Yannick is obsessed with perfection, I saw him again recently and he simply told me that he still had so much to do to evolve the great French cuisine,

 

Then it will be necessary to follow it for a long time.




Présenté, jeudi 9 février à 11 heures, le palmarès 2017 du guide Michelin, bréviaire de référence de la gastronomie française, a livré les noms de 55 nouveaux chefs une étoile, 12 nouveaux deux étoiles et une seule nouvelle table couronnée de trois étoiles (elles sont désormais 27 en France), le 1947, restaurant de l’hôtel Cheval Blanc, à Courchevel (Savoie), dirigé par un habitué de la divine triplette, Yannick Alléno.

Plutôt que de consacrer un représentant d’une brillante nouvelle génération – Jean-François Piège, au Grand Restaurant, à Paris, aurait pu y prétendre –, l’institution Michelin a en effet privilégié un talent maintes fois (et justement) célébré. Après avoir connu cet honneur, en 2007, au restaurant du palace Le Meurice, à Paris, Yannick Alléno, 48 ans, a de nouveau reçu cette consécration, en 2015, après avoir repris le restaurant du Pavillon Ledoyen (qui conserve ses 3 étoiles), au bas des Champs-Elysées.

Veyrat, Gagnaire, Ramsay…

En couronnant le 1947, propriété de Bernard Arnaud (LVMH), le guide rouge récompense une table élitiste (moins de 20 couverts) et une cuisine au raffinement (et au prix) ultraluxe. Il confirme aussi Courchevel comme épicentre de la jet-set internationale, la station de sports d’hiver de la Tarentaise, déjà riche de tables étoilées (Le Chabichou, Les Airelles…), pouvant aussi s’enorgueillir de deux nouveaux restaurants deux macarons : Kintessence et le Montgomerie, dirigés respectivement par les chefs Jean-Rémi Caillon et Gatien Demczyna.

Pour rester en altitude, la cuvée 2017 voit aussi le grand retour, en catégorie 2 étoiles, de Marc Veyrat, légende de la cuisine savoyarde, qui après avoir été longtemps écarté des fourneaux par un accident, avait vu son nouveau restaurant, La Maison des Bois, à Manigod, en partie détruit par un incendie. Rouverte à l’automne, la table du chef au célèbre chapeau a rattrapé son retard.

Au côté de Veyrat, d’autres talents confirmés accèdent aux deux étoiles, comme Pierre Gagnaire (déjà trois étoiles à Paris), le nouveau collaborateur de Bernard Magrez, à La Grande Maison, à Bordeaux, ou le médiatique chef britannique Gordon Ramsay, au Pressoir d’Argent, également à Bordeaux.

Heureusement, le guide dirigé par Michael Ellis a également récompensé de jeunes cuisiniers, parmi lesquels Alexandre Gauthier qui, à La Grenouillère, à La Madelaine-sous-Montreuil (Pas-de-Calais), s’affirme depuis des années comme l’un des chefs français les plus innovants. Il accède enfin à deux macarons (et pourrait prétendre à plus), tout comme l’excellent Christophe Pelé, le chef du Clarence, à Paris.

Rodolphe Pottier, étoilé à 25 ans

Autre nouveau promu deux étoiles remarqué, le cuisinier japonais Kei Kobayashi, du restaurant Kei, rue du Coq-Héron, dans le 1er arrondissement de Paris, l’un des chefs de file d’une nouvelle vague de cuisiniers nippons formés dans les grandes maisons françaises et qui ouvrent des tables d’un raffinement à la croisée de la grande tradition hexagonale, des tendances culinaires du moment et d’une sensibilité propre à leur archipel natal.

Plus d’une demi-douzaine de ces nouveaux chefs japonais ont d’ailleurs été récompensés, cette année, d’une étoile, qu’ils officient à Paris et – de plus en plus – en province. Parmi eux Toshitaka Omiya, du restaurant Alliance, dans le 5arrondissement de Paris, Yoshiaki Ito, à L’Archestre, dans le 16e, ou Kazuyuki Tanaka, chez Racine, à Reims.

noter également que l’Hôtel George-V, à Paris, qui possédait déjà un restaurant trois étoiles, le V, dirigé par Christian Le Squer, s’est vu attribuer une étoile pour chacun de ses deux autres restaurants, L’Orangerie et Le George, devenant ainsi l’un des palaces les plus étoilés au monde.

Enfin, mention spéciale à Rodolphe Pottier qui, à 25 ans, reçoit son premier macaron pour son restaurant rouennais, sobrement baptisé Rodolphe, devenant ainsi l’un des plus jeunes étoilés de France.

extrait du journal le monde du 9/02/17

Presented on Thursday, February 9th at 11 am, the Michelin guide, the breviary reference for French gastronomy, delivered the names of 55 new one-star chefs, 12 new two-star chefs and a new three-star Are now 27 in France), the restaurant Cheval Blanc, in Courchevel (Savoie), led by a regular of the triplet, Yannick Alléno.

Rather than dedicating a representative of a brilliant new generation - Jean-François Piège, at the Grand Restaurant in Paris, could have claimed - the Michelin institution has indeed privileged a talent many times (and justly) celebrated. After winning this honor in 2007 at the restaurant of the Le Meurice palace in Paris, 48-year-old Yannick Alléno was again crowned in 2015 after taking over the restaurant of the Pavillon Ledoyen (which retains its 3 stars) , At the foot of the Champs-Elysees.

Veyrat, Gagnaire, Ramsay ...

By crowning the 1947, owned by Bernard Arnaud (LVMH), the red guide rewards an elitist table (less than 20 seats) and a cuisine with ultimate refinement (and price). It also confirms Courchevel as the epicenter of the international jet-set, the Tarentaise winter sports resort, already rich in star-studded restaurants (Le Chabichou, Les Airelles ...), which can also boast two new restaurants, two macaroons: Kintessence and the Montgomerie, headed respectively by the chiefs Jean-Rémi Caillon and Gatien Demczyna.

To remain high, the 2017 vintage also saw the return in class 2 stars of Marc Veyrat, legend of Savoyard cuisine, which after being long removed from the stove by an accident, had seen his new restaurant, La Maison des Bois, in Manigod, partly destroyed by a fire. Reopened in the autumn, the chef's table at the famous hat caught up.

Alongside Veyrat, other confirmed talents have reached the two stars, such as Pierre Gagnaire (already three stars in Paris), Bernard Magrez's new collaborator at La Grande Maison in Bordeaux, or the British media outlet Gordon Ramsay Pressoir d'Argent, also in Bordeaux.

Fortunately, the guide led by Michael Ellis also rewarded young chefs, including Alexandre Gauthier, who at La Grenouillère in La Madelaine-sous-Montreuil (Pas-de-Calais) has been affirming himself for years as one Of the most innovative French chefs. He finally got two macarons (and could claim more), as well as the excellent Christophe Pelé, the head of the Clarence, in Paris.

Rodolphe Pottier, starred at 25

Another newly promoted two-star noted, Japanese chef Kei Kobayashi, from the Kei restaurant, rue du Coq-Héron, in the 1st arrondissement of Paris, one of the leaders of a new wave of Japanese cooks trained in large houses French and open tables of refinement at the crossroads of the great hexagonal tradition, culinary trends of the moment and a sensitivity specific to their native archipelago.

More than half a dozen of these new Japanese chefs were rewarded this year with a star, which they officiate in Paris and - more and more - in the provinces. Among them Toshitaka Omiya, from the Alliance restaurant, in the 5th arrondissement of Paris, Yoshiaki Ito, at L'Archestre, in the 16th, or Kazuyuki Tanaka, at Racine, in Reims.

It is also worth noting that the George V Hotel in Paris, which already had a three-star restaurant, V, led by Christian Le Squer, was awarded one star for each of its other two restaurants, L'Orangerie and The George, thus becoming one of the most starred palaces in the world.

Finally, special mention to Rodolphe Pottier who, at 25 years, receives his first macaroon for his Rouen restaurant, soberly baptized Rodolphe, thus becoming one of the youngest stars in France.

 

jeudi 23 novembre 2017

Connexion